A compter du 1er janvier 2017, la visite d’information et de prévention, pratiquée par une membre de l’équipe pluridisciplinaire en santé au travail, remplace la visite médicale d’embauche.

Elle est organisée dans les 3 mois qui suivent la prise de poste, sauf si le salarié a déjà bénéficié d’une telle visite dans les 5 années précédentes et que l’ensemble des conditions suivantes sont réunies  (Article R.4624-15 du Code du travail):

1° Le travailleur est appelé à occuper un emploi identique présentant des risques d’exposition équivalents ;

2° Le professionnel de santé mentionné au premier alinéa de l’article L. 4624-1 est en possession de la dernière attestation de suivi ou du dernier avis d’aptitude ;

3° Aucune mesure formulée au titre de l’article L. 4624-3 ou aucun avis d’inaptitude rendu en application L. 4624-4 n’a été émis au cours des cinq dernières années ou, pour le travailleur mentionné à l’article R. 4624-17, au cours des trois dernières années.

Cas particuliers :

  • Les travailleurs de nuit et les jeunes de moins de 18 ans bénéficient d’une visite d’information et de prévention avant d’être affectés sur leur poste, puis au maximum tous les trois ans;
  • les femmes enceintes, ayant accouché ou allaitant, peuvent bénéficier à tout moment d’un examen médical pratiqué par le médecin du travail;
  • les travailleurs handicapés et bénéficiaires d’une pension d’invalidité sont orientés vers le médecin du travail qui définit les modalités et la périodicité de leur suivi médical (au maximum tous les trois ans)
  • les salariés affectés à des postes à risque bénéficient d’un examen médical d’aptitude préalablement à leur entrée en fonctions, puis d’une visite intermédiaire tous les deux ans, puis d’un examen médical d’aptitude tous les 4 ans au maximum